Посольство України в Алжирській Народній Демократичній Республіці та Малі (за сумісництвом)

, Київ 19:31

Communiqué de l'Ambassade d'Ukraine en Algérie sur le crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine

20 липня 2014, 14:46

 

concernant le crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine

Un avion Boeing-777 de ligne malaisien transportant 295 civils a été abattu par un missile ce jeudi 17 juillet dans l'est de l'Ukraine, près de la frontière russe. L’équipage de l’avion et tous les passagers ont péri dont 80 enfants.

 

Cet accident est une tragédie pas seulement pour l'Ukraine mais pour le monde entier. Il est à noter que Boeing 777 est le troisième avion qui a été abattu par les terroristes depuis le début de conflit. Auparavant, les avions ukrainiens AN26 et SU25 ont été les victimes des terroristes.

Le Président de l’Ukraine P. Poroshenko et le Premier-ministre A. Yatseniuk ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes de cet acte terroriste. Ils ont affirmé que le gouvernement ukrainien mettrait tout en œuvre afin qu'une enquête internationale soit menée en toute transparence.

A la demande du Président de l'Ukraine, une Commission spéciale d'enquête sur la catastrophe de Boeing 777 a été créée. Cette commission est composée des représentants de l'Administration du Président, du Ministère des Affaires Étrangères, du Ministère des Affaires Intérieures, du Ministère de l'Infrastructure, du Ministère de la Santé, de la Mairie de Donetsk. La Commission national des enquêtes sur les accidents et incidents d'aviation civile a invité les représentants de l'Organisation de l'aviation civile internationale, des compagnies aériennes de Malaisie et des Pays-Bas, de la Conférence européenne de l'aviation civile, de l'Eurocontrol et de la Commission européenne et le Conseil national pour la sécurité des transports (NTSB) pour enquêter sur les raisons de la chute de l'avion. Mais, malheureusement, le territoire sur lequel se trouvent les restes de l'avion est toujours contrôlé par les rebelles armés qui font tout pour empêcher une enquête. Les terroristes armés ont encerclé le lieu ou se trouvent les restes de l'avion. Des le début, ils ont voulu ramasser et détruire les corps des victimes afin de cacher ce crime. Mais ils auraient renoncé à cette idée après avoir vu le nombre important des corps. Les terroristes récupèrent toutes les preuves qui les secouristes trouvent. Notamment, l'Ukraine n'a reçu aucune des boites noires trouvées sur le lieu de la catastrophe.

 

Le Centre d`accueil pour les parents des victimes de crash de Boeing 777 est ouvert à Kharkiv en Ukraine où ces corps seront transportés. Tous les parents des victimes venus en Ukraine seront hébergés gratuitement et auront toute l'aide nécessaire fournie par les psychologues, les médecins et les volontaires. Ceux parmi eux qui ont besoin de visa pour accéder sur le territoire ukrainien, l'obtiendront gratuitement à l'aéroport de Boryspil, ou les diplomates ukrainiens travaillent déjà. Un centre consulaire et le laboratoire spécial où les corps des victimes seront identifiés, seront également ouverts à Kharkiv. Le gouvernement ukrainien fait et fera tout, pour que les proches et les parents des victimes puissent accéder en sécurité à cet endroit de la catastrophe et récupérer les corps.

 

Pour le moment, le Centre Aéronautique Ukrainien ferme l'espace aérien en dessus des régions de Louhansk, Donetsk et une partie de la région de Kharkiv.

 

Il faut remarquer que quelques minutes avant la catastrophe le site d’information russe RIA-NOVOSTI a informé que «le militants pro-russes dans l’Est d’Ukraine ont abattu un avion de transport ukrainien AN-26». En fait, apparemment, il s’agissait bien de cet avion malaisien. Cela justifie la coopération cohérente entre les terroristes dans l’Est d’Ukraine et les sources de propagande russe. Les forces pro-russes ne cachent pas leur joie dans la lumière de cette tragédie, notamment sur la page du leader des terroristes Igor Strelkov. On peut constater que la cible d'un missile russe était un avion de transport ukrainien, mais leur faut a pris 295 vies civils.

 

D`abord sur la page d'agence de presse russe ITAR TASS a apparue l'information sur les terroristes qui ont obtenu des complexes des missiles antiaériens «Buk». Après la tragédie de 17 juillet, l'ITAR TASS déclare que les terroristes n'ont jamais eu de tels complexes en en accusent l'armée ukrainienne.

 

Il est à noter que l’armée ukrainienne ne possède pas de systèmes de défense anti-aérienne dans la région mentionnée totalement contrôlée par des rebelles pro-russe. En même temps de tels systèmes sont bien en possession des forces armées russes concentrées dans cette région à la frontière ukrainienne. Au surplus, les forces de l'opération anti-terroriste n'effectuaient aucun acte militaire et aucun avion des Forces armées ukrainiennes ne se trouvait dans l'espace aérien de la région, au moment où l'avion a été abattu.

 

Il faut aussi préciser que les terroristes ne possèdent pas la compétence nécessaire pour gérer les armes de haute précision telle qu’est le «Buk».  Donc, ce sont forcement les militaires russes qui sont arrivés en Ukraine avec les complexes et qui ont envoyé ce missile.

 

Selon le  Service de sécurité de l'Ukraine (SBU) le complexe des missiles antiaériens «Buk» est entré sur le territoire ukrainien du coté de la Russie le 17 juillet au matin. Le jour même de la tragédie, le 17 juillet 2014 au matin, le SBU a eu l'information que les terroristes de DNR avaient reçu au moins une unité du complexe «Buk-M» avec l'équipage qui a traversé la frontière ukrainienne dans la région de Souchodolsk vers une heure du matin. À neuf heures du matin, ce complexe est arrivé à Donetsk et par la suite, a été transporté dans une ville de Pervomajslij. Apres l’acte terroriste  les rebelles ont fait partir le «Buk» avec des missiles qu`il en reste vers la Russie pour cacher les traces de cet épouvantable crime. Les preuves en vidéo publiées par le Service de sécurité de l'Ukraine sont à consulter ici: http://youtu.be/BbyZYgSXdyw (avec des sous-titres en anglais).

 

Cette terrible catastrophe a prouvé encore une fois que l’instabilité dans la région de Donbass implantée par le Kremlin n’est pas fondée sur les processus politiques mais sur le terrorisme d'État, qui est une menace directe à la paix et la sécurité internationales.